🚀Doper sa confiance avec le codĂ©veloppement

Vous connaissez “l’effet de surconfiance” (Effet Dunning-Kruger pour les initité·e·s) ? C’est un biais cognitif selon lequel les moins qualifié·e·s ont tendance Ă  surestimer leurs compĂ©tences et les plus qualifié·e·s Ă  les sous-estimer. En d’autres termes : moins vous ĂȘtes calé·e sur un sujet, moins vous savez que vous ne savez pas, tandis que quand vous apprenez Ă  maĂźtriser un sujet, vous en cernez davantage les contours …et donc l’Ă©tendue de votre ignorance ! CQFD. Ou plutĂŽt… Patatras ! Savoir qu’on ne sait pas tout, fait des ravages chez certaines d’entre nous, sur la lĂ©gitimitĂ© Ă  intervenir sur tel ou tel sujet prĂ©fĂ©rant se taire plutĂŽt que de risquer d’intervenir de façon incomplĂšte.

A partir de quand peut on se dire expert·e ?

Un sujet rĂ©current dans les cercles d’entrepreneur·e·s : oĂč situer son niveau d’expertise ? A partir de quand peut on se dire expert·e d’un sujet ? Tout l’enjeu rĂ©side dans l’identification de ces indicateurs. Des indicateurs qui pourront ĂȘtre caractĂ©risĂ©s grĂące Ă  l’effet miroir du groupe de codĂ©veloppement. Ainsi, le questionnement des participant·es permettra de se positionner, rĂ©aliser ses accomplissements, le niveau de sa formation, l’accumulation d’expĂ©riences vis-Ă -vis d’un sujet. Le partage d’expĂ©riences liĂ© au processus de codĂ©veloppement permettra de valider des intuitions, s’inspirer et sortir de la sĂ©ance avec une confiance dopĂ©e. Ouf !